Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mars 2013

Le Domaine des Pierres Bleues en Mayenne !

 

Salon gourmand de Mayenne, vins biosComme tous les ans, nous serons présents les 9 et 10 mars prochains au salon Gourmand de Mayenne où se mêlent produits du terroirs et vins de différentes régions. Nous vous proposerons à la dégustation nos millésimes 2012 en blanc et rosé, ainsi que le Morphê et Quartz 2010.

13 décembre 2011

Virée en Charente

Après ces vendanges quoi de mieux qu'une petite immersion dans un autre vignoble, histoire de ne pas trop changer d’environnement.

Je suis allé voir un ami vigneron en Charente et producteur de cognac. J'ai découvert une production bien diférente de celle du vin. Même si avant de faire le cognac il faut produire un vin blanc. Mais je dois dire qu'après dégustation de ce blanc j'étais rassuré sur mes aptitudes à vinifier ma Roussanne. En effet, pour faire un bon cognac, il faut produire un vin blanc peu alcooleux(9%vol) et avec une acidité forte.

Pour en arriver là, l'uni blanc (cépage dominant) est produit à des rendements qui me laissent songeur, plus de 100 hectolitres hectare. Les rendements autorisés sont revus chaque année, par le syndicat, en fonction du marché.

Après les vinifications  vient le temps de la distillation. Pour David cela va durer deux mois, sept jours sur sept. Pour le cognac c'est une double distillation. Le vin blanc va être distillé une premiére fois. Cette chauffe donne le bro_DSC6709.JPGuillis, un alcool qui fait environ 30°vol. La deuxième chauffe est faite en fin de semaine. C'est à ce moment là que le cognac prend toute sa grandeur. Seule le coeur de chauffe va être gardé, David écarte les premiers litres et la fin de la distillation lorsque le degré descend en dessous de 62%vol.

J'ai découvert un procédé bien particulier. Beaucoup de facteurs interviennent dans la qualité du cognac. Le vin de base est très important, l'alambic a aussi sont incidence et bien sûr le vigneron est au cœur de cet alchimie. Un dernier mot pour vous parler de cet alambic, magnifique tout en cuivre martelé une vraie pièce d'orfèvrerie. Je trouve qu'il a beaucoup de chance, il travaille devant cette pièce unique, dans une atmosphère chaude et avec une palette d'odeurs subtiles.

Crédit Photo Aline Costella