Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 avril 2013

Un nouveau cépage sur le domaine...

Nous voulions vous annoncer l'arrivée d'une petite dernière...une jeune vigne d'un âge respectable, d'une soixantaine d'années seulement, de Carignan, le fameux cépage à la fois historique et emblématique des Corbières.

_DSC9071.jpg

 

Sur un demi-hectare, les souches fermement plantées dans le sol résistent depuis des décennies à la fois à la tramontane et au marin qui la balaient tour à tour plus de 300 jours par an. Comme la plupart des vignes de Carignan dans la région, elle n'est pas palissée. L'écartement entre ses pieds ne nous permet pas de passer entre avec le tracteur même un petit vigneron des années 60, c'est donc manuellement que nous allons effectuer toutes les opérations qui vont l'aider à prendre le chemin de l'agriculture biologique. Un juste retour des choses pour elle qui a longtemps été travaillée à l'aide d'un cheval.

Pour l'instant, Olivier la taille en la restructurant...quand le temps le lui permet c'est-à-dire quand les pluies se calment un peu. Cette année, elle sera à la diète pour calmer sa vigueur. Nous devrons être très vigilant vis à vis de l'oïdium, le Carignan y étant très sensible, cela promet quelques poudrages de soufre à la main.

La nature du sol est différente en suivant une diagonale, la partie haute semble être plus argileuse et le bas plus caillouteux avec bien sûr les schistes comme base. Vivement les vendanges pour connaître le résultat de ce terroir sur ce cépage.

_DSC9083.jpg

18 février 2013

L'actualité du domaine

viticulture biologique, vendange manuelle, vin bio, Domaine des Pierres BleuesQuelques nouvelles des dernières productions : résultat du travail effectué ces quatre dernières années, les vendanges 2012 (commencées le 8 octobre !) ont été très généreuses, les pieds de vigne semblant s'habituer progressivement aux conditions drastiques que nous leur imposons et reprendre leur place naturelle dans leur environnement.

Effets d'un hiver 2012 particulièrement froid, les grappes ont été peu les cibles des oiseaux et insectes cet été, seulement de quelques sangliers trops gourmands. Le jeune plantier qui reprend de la vigueur après une bon débroussaillage et les vignes de Davejean sont maintenant à l'abri d'une clôture bien solide.

L'hiver 2013 est pour l'instant beaucoup moins froid, mais beaucoup plus pluvieux, le bas des vignes est bien gorgé d'eau.

Les brebis de Borde Grande sont revenues une nouvelle fois cette année accompagnées d'un petit bouc. Installées d'abord à Davejean, elles ont tondu consciencieusement les rangées et nous permettent maintenant de tailler sur un gazon bien net ! Elles s'attaquent maintenant aux parcelles de Villerouge où vu la surface, elles y mettront certainement plus de temps....

Pour finir, quelques informations sur les dernières cuvées:

- le rosé 2012 sera enfin disponible fin février. Vin léger et fruité à la délicate robe pamplemousse, il accompagnera en douceur la cuisine de printemps et d'été.

- le blanc 2012 tant attendu sera également prêt à la fin du mois : vif, minéral, fruité, long en bouche, il s'annonce fin et gouleyant à la hauteur de la qualité de la Roussane qui le compose à 100%.

Et enfin deux cuvées de vins rouges à conseiller pour leur atypicité :

- le Morphê 2010 AOP Corbières : vin fruité aux légères notes épicées caractérisé par sa fraîcheur aromatique et sa structure légère. L'apport du schiste lui procure toute sa minéralité. Composé de Syrah (60%) et de Grenache (40%), il est élevé en cuve pendant 10 mois.

- le Quartz 2010 également en AOP Corbières : la Syrah et le Grenache équilibrés à 50% chacun ont été vendangés 8 jours plus tard. Le fruit n'a pas été foulé, les grains sont donc restés entiers pendant la vinification de quatre semaines, ce qui lui donne sa structure plus concentrée et sa note torréfié, cacaoté. La Syrah a ensuite été élevée à part dans un fût de 500 litres vieux de 2 ans pour un apport léger en bois, des tannins fondus et une réelle complexité aromatique ponctuée d'une belle note minérale, typique de ce terroir de schistes.

Enfin, pour vos consommations quotidiennes, nous vous proposons toujours des BIB de 5 litres en Vin de Pays.

A très bientôt,

 

21 juillet 2011

Les vendanges approchent...quoi que!

Oups!! Déjà en juillet et je n'ai pas fait de note en juin. Nous dirons que j'étais en vacances.

J'aurais pourtant dû vous parler de la floraison, précoce comme le reste, mais qui a essuyée un temps très moyen. C'était au tout début du mois de juin. Nous avons eu dix jours assez froids et très humides. Et ça, la fleur de vigne n'aime pas. C'est en effet une floraison très discrète, elle se fait à l'abri d'un capuchon qui se soulève et laisse alors apparaître les étamines. C'est une autofécondation, pas besoin d'insectes même si quelques petits hyménoptères viennent se régaler du pollen. J'aurais aussi aimer vous montrer quelques photos mais mon appareil a fait un plongeon. L'objectif est inutilisable!

Pour en revenir à la floraison,DSC00499.JPG les conditions météo sont très importantes. Cette étape doit se faire très rapidement et par temps sec. Dans le cas contraire le capuchon ne se détache pas du bouton floral et en général la fleur coule. Le grain ne se forme pas ou reste tout petit. Donc cette année les grappes sont assez aérées.

Autre caractéristique de l'année, c'est la précocité ou du moins c'était. Début juillet je comptais deux semaines d'avance mais depuis le temps est tellement changeant avec des périodes de fraîcheur qui ralentissent le cycle de la vigne. Donc aujourd'hui je ne sais plus, seul le début véraison (changement de couleurs des grains) me permettra de faire des prévisions.

Profitez bien de cet été.

Olivier

07 mai 2011

Initiation florale

Déjà en mai. Cette année est particulièrement précoce et les différents travaux de la vigne se bousculent. Je vais au plus urgent mais en fait tout est urgent donc chaque matin, du moins ceux que je consacre à mon exploitation, c'est toujours la même question: broyage, "attachage", descente des fils, traitement, labour, assemblage pour la mise des BIB...... En fait je fini par faire un peu de tout sans jamais finir complètement un chantier. Çà ira mieux dans quelques mois!

Je voulais vous parler de l'initiation florale. Mais tout d'abord un descriptif d'une jeune pousse de vigne me semble nécessaire. Du débourrement (sortie du bourgeon) au stade trois feuilles étalées apparaissent déjà les futures grappes (voir photo). A ce stade elles sont bien sûr minuscules mais si nous les observons de près il est possible de voir chaque bouton floral. Le plus étonnant est de savoir que ces grappes était déjà formées dans le bourgeon et ont passées tout l'hiver bien protégées dans ce précieux cocon.

En fait ce bourgeon et ces futures grappes se forment dix mois avant. C'est vers la fin mai début juin que les grappes de l'année suivante sont créées. Pour nous c'est une période très importante pour la future récolte. En effet si la vigne n'est pas dans de bonne conditions lors de cette initiation florale il y a de fortes probabilités pour que le nombre de grappes et leur taille soient faibles. Et ici les années où le manque d'eau se fait ressentir très tôt sont en général suivi d'une année à faible rendement. C'est variable d'un cépage à l'autre.

DSC00500.JPG

 

28 mars 2011

Ne pleures pas...

DSC00157.JPG

 

Tailler est un acte mutilant pour une plante. Une taille tardive provoque ce que nous appelons les pleurs. Un message qui me rappelle que cette année la végétation est en avance et qu’il est temps de terminer la taille.  Une taille tardive à sève montante est préconisée pour lutter contre certaines maladies du bois provoquées par des champignons qui pénétreraient dans la plante par ces plaies. Mais elle a l’inconvénient de retarder le débourrement (terme désignant la sortie du bourgeon de sa bourre protectrice) le temps que la plaie se cicatrise. Et sur un terroir tardif comme le mien une semaine perdue en début de végétation peu être préjudiciable lors des vendanges.

C’est le moment de vous parler du foisonnement de vie qui débute dès que les températures s’adoucissent. En tête comme tous les ans, celui qui fait renaître l’espoir c’est l’amandier qui colore les haies du blanc au rose. Viennent ensuite les fleurs discrètes par leur taille, l’iris nain (jaune ou violet), la tulipe sauvage, le narcisse ou le muscari négligé (photo) sans oublier la multitude d’orchidées. Pour tous les amoureux de la flore les Corbières au printemps sont une réserve fabuleuse de diversité. Je vous conseille vivement de venir profiter de cette richesse et bien sûr n’hésitez pas à vous arrêter pour une dégustation au milieu des vignes. DSC00168.JPG