Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mars 2011

Ne pleures pas...

DSC00157.JPG

 

Tailler est un acte mutilant pour une plante. Une taille tardive provoque ce que nous appelons les pleurs. Un message qui me rappelle que cette année la végétation est en avance et qu’il est temps de terminer la taille.  Une taille tardive à sève montante est préconisée pour lutter contre certaines maladies du bois provoquées par des champignons qui pénétreraient dans la plante par ces plaies. Mais elle a l’inconvénient de retarder le débourrement (terme désignant la sortie du bourgeon de sa bourre protectrice) le temps que la plaie se cicatrise. Et sur un terroir tardif comme le mien une semaine perdue en début de végétation peu être préjudiciable lors des vendanges.

C’est le moment de vous parler du foisonnement de vie qui débute dès que les températures s’adoucissent. En tête comme tous les ans, celui qui fait renaître l’espoir c’est l’amandier qui colore les haies du blanc au rose. Viennent ensuite les fleurs discrètes par leur taille, l’iris nain (jaune ou violet), la tulipe sauvage, le narcisse ou le muscari négligé (photo) sans oublier la multitude d’orchidées. Pour tous les amoureux de la flore les Corbières au printemps sont une réserve fabuleuse de diversité. Je vous conseille vivement de venir profiter de cette richesse et bien sûr n’hésitez pas à vous arrêter pour une dégustation au milieu des vignes. DSC00168.JPG

 

Les commentaires sont fermés.